Un spectacle pour enfant plein de poésie

Deux histoires de parcours, des légendes dans lesquelles l’imaginaire se perd volontiers. La poésie de Chen Jian Hong peintre et illustrateur se mêle à la mise en scène efficace de François Orsoni. Musique, vidéo, dessin deux contes initiatiques emprunt de magie, à voir absolument …

 

Le cheval magique de Han Gan

Quand il était petit, Han Gan adorait dessiner. Mais il ne voulait peindre que des chevaux. Et il les peignait toujours attachés. Plus tard, quand il rentra à l’académie, ses camarades lui demandèrent : « Pourquoi représentes-tu toujours tes chevaux attachés ? » Han Gan répondit : « parce que mes chevaux sont si vivants qu’ils pourraient sortir du papier. »Alors on commença à raconter des choses de plus en plus étranges sur les chevaux de Han Gan…

 

Le prince tigre

Au coeur de la forêt profonde, la Tigresse pleure la mort de ses petits. Des chasseurs les ont tués. Depuis, elle rôde autour desvillages, le coeur empli de haine et de chagrin. Un soir, elle détruit les maisons, dévore les hommes et les bêtes, mais cela n’apaisepas sa colère, au contraire. Le pays est plongé dans la terreur. Le roi consulte la vieille Lao Lao, qui lui déconseille formellement de lever une armée. Une seule chose, selon elle, peut apaiser la colère de la tigresse : Le roi doit lui donner son fils unique, Wen. Le roi et la reine ont le coeur brisé. Wen est si petit ! Son père l’accompagne pourtant aux abords du territoire de la Tigresse. «Je n’ai pas peur», dit-il à son père. Il marche longtemps, puis, fatigué, s’endort au pied d’un arbre. Déjà la Tigresse a senti son odeur…

 

27 et 28 avril – Espace Diamant – 18h30