Meryl Fiamma : invitation au voyage

Ce mois-ci U Blogu traverse les frontières avec Meryl comme guide…
Meryl est à l’origine d’une initiative dont on ne peut dire que du bien, le site web Wonderluhsters. Si la prononciation n’est pas forcément aisée, le principe est simple : partager ses expériences de voyages.

Alors pourquoi, pour qui, comment ? On vous dit tout.

 

De l’universel au particulier 

Tout d’abord il faut savoir que le mot « wanderlust » désigne une forte envie de voyager et désigne un mouvement mondial, une sorte de communauté géante des adeptes de voyages.
Mais l’idée de ce site part d’une expérience beaucoup plus personnelle que celle d’un mouvement un peu bobo. Celle d’une jeune publicitaire de 25 ans installée dans une confortable routine, animée d’un grain de folie et a  l’envie irrépressible de tout plaquer.

golden gate

C’est donc ce grain de folie qui décide Meryl a quitter son job, Paris et sa routine. Et son coup de folie n’est pas fini (foliiee finiii) puisqu’elle décide de partir vivre à San Francisco, seule et quasiment du jour au lendemain.
A son retour, les questions pleuvent. Ses proches ont envie de tout savoir et ça tombe bien, elle a envie de tout partager. Wonderluhsters voit alors le jour, et avec lui toute une communauté de petits aventuriers.
Vous l’aurez remarqué, Meryl a changé une voyelle (wonder) comme pour mieux faire ressentir la force que supposent le voyage et l’aventure…
Elle partage d’abord son expérience, puis au fil du temps les internautes ajoutent les leurs (Australie, Asie Europe de l’est) les destinations sont nombreuses et chaque voyage est unique.
Alors je vous vois venir, non, on est pas obligés de partir a 10.000 km avec un sac a dos sur l’épaule pour pour faire partie des « wonderluhsters ». Les courts séjours luxueux sont aussi acceptés !
Les impressions, interrogations et sentiments des voyageurs se mêlent aux petites adresses et bons plans.

 

Le champ des possibles 

L’objectif de Meryl est de partager, inciter, mettre en réseau, mais aussi, plus largement, frayer le chemin des possibles. Car si elle doit retenir quelque chose sur le voyage, outre qu’il forme la jeunesse, il ouvre surtout un champ de possibilités quasi infini, une ouverture sur le monde et sur soi.  « On ne craint plus rien, quand on vit une telle expérience, on est beaucoup moins frileux, toutes les barrières qui semblaient infranchissables se lèvent, tout devient presque facile ».  Et si Meryl n’est pas sempre a valisga fatta, l’idée même de pouvoir le faire reste galvanisante.
Bref, on ne vous conseille que trop d’aller faire un tour sur Wonderluhsters un petit bout d’ailleurs derrière votre écran…

 

berlin

www.wonderluhsters.com
crédits photos : Meryl Fiamma